Stranger Simon. Le poing levé. Bayard, 2019, 247 p.

Émilie, 17 ans, est Norvégienne. Et comme beaucoup de filles de son âge, elle aime faire les boutiques et rêver aux garçons sans penser au lendemain. À l’autre bout du monde, Reena, 12 ans, se tue à la tâche dans une usine du Bangladesh, où elle coud des vêtements destinés aux grands magasins. Un univers sépare les deux jeunes filles. Tout change le jour où Émilie rencontre Antonio. Car le garçon appartient aux « Sauveurs du Monde », un petit groupe politisé qui mène des actions clandestines contre les grandes compagnies industrielles, comme celle qui embauche Reena…

Le poing levé
Étiqueté avec :            

4 avis sur « Le poing levé »

  • 12 novembre 2020 à 12 h 47 min
    Permalien

    Ce livre est vraiment intéressant et très complet. La fin m’a quand même légèrement déçue, je l’aurai voulue plus compréhensible. Il est vraiment très intructif et on apprend beaucoup de choses sur la vie des employés. C’est à se demander d’où vient chaque objet et vêtements que l’on possède! Vivement conseillé!

  • 13 novembre 2020 à 17 h 53 min
    Permalien

    C’est l’histoire d’une jeune fille, Émilie, qui s’intéresse aux objets qu’elle achète (tee-shirt,chocolat,poulet … etc) Mais un chapitre sur deux c’est l’histoire de Reena qui est couturière au Bangladesh alors qu’elle n’a que 12 ans.
    C’est une histoire touchante et intéressante mais ce qui m’a déçue c’est que j’ai l’impression qu’il manque la fin.
    Je conseille à ceux qui aiment inventer des suites

  • 16 novembre 2020 à 12 h 47 min
    Permalien

    J’ai bien aimé le livre. Les personnages étaient intéressants. Ils avaient du courage, de la volonté et ils étaient sociables. J’ai aimé leurs actions pour combattre la pauvreté et l’inégalité. Grâce au site qu’ils ont créé, ils peuvent recruter des personnes dans le monde entier.
    LS 5 ème

  • 25 novembre 2020 à 9 h 29 min
    Permalien

    J’ai bien aimé ce livre car :
    – il est passionnant, car j’ai appris des choses sur la pauvreté,
    – j’ai adoré les personnages, car ces ados montent à eux seuls une association, “Les Sauveurs du monde”, qui lutteront pour l’injustice dans le monde,
    – le livre est à la fois magnifique et mélancolique.

Laisser un commentaire